PROF. JEAN LECLANT ÉGYPTOLOGUE - IN MEMORIAM - JEAN LECLANT BIBLIOGRAHIE (1920-2011) DE ALAIN ARNAUDIÈS, ÉGYPTOLOGUE

PROF. JEAN LECLANT ÉGYPTOLOGUE - IN MEMORIAM
JEAN LECLANT BIBLIOGRAHIE (1920-2011)
DE ALAIN ARNAUDIÈS, ÉGYPTOLOGUE
ÉDITIONS SOLEB, PARIS, 2018

Jean Leclant a mené une vie de savant et on pourrait croire qu’elle fut exclusivement dédiée à l’égyptologie, mais ce ne fut pas le cas. Son savoir a rapidement dépassé le cadre de cette seule discipline et sa curiosité l’a mené sur toutes les routes de l’orientalisme. Le Nil prenant ses sources au sud de l’Égypte, l’Afrique devenait également une terre à découvrir. Une culture en éclairait une autre et la somme de toutes lui permettait d’approcher et de comprendre ces civilisations disparues. Le monde contemporain suscitait chez lui le même intérêt. C’est ainsi que l’on retrouve Jean Leclant au Japon en 1959, nous faisant partager ses réflexions d’égyptologue dans un temple shinto. En 1972, il accepte d’intervenir dans un débat organisé par l’université de Paris-VII consacré aux extraterrestres. Curieux de tout, il appliquait un raisonnement rationnel en toute chose, considérant que le mystérieux était également un domaine comme un autre. Sa capacité d’écoute et son sens du dialogue lui ont permis de rencontrer de nombreuses personnes et d’évoluer dans tous les milieux […].

JPEG

Égyptologue, orientaliste, professeur au Collège de France, académicien, Jean Leclant fut secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres jusqu’à sa mort en 2011. Sa vie et son œuvre scientifiques se confondent ; elles ont été entièrement dédiées à l’étude de la vallée du Nil et à tout ce que vers quoi sa curiosité l’entraînait : des premières dynasties jusqu’à l’époque hellénistique et romaine, des mondes classiques, orientaux et africains, peu de choses lui échappaient. Il était, en outre, parmi les rares savants capables d’accorder les sciences du passé aux réalités d’un échiquier politique contemporain : il a ainsi représenté l’archéologie pendant près de cinquante années, avec les succès que l’on connaît. Jean Leclant laisse derrière lui une œuvre consacrée à la science, à son organisation, à son administration et, d’une façon plus générale, à la connaissance.
Il a reçu de nombreux titres et exercé des fonctions qui auraient pu occuper plusieurs vies : professeur, secrétaire général de la commission des fouilles, président de nombreuses institutions, mais également préfacier, chroniqueur, rapporteur, chercheur, éditeur, directeur de publication ou conseiller scientifique. Avec une incroyable prodigalité, Jean Leclant a été tout cela pendant plus de soixante ans. L’œuvre qu’il laisse à la communauté scientifique est hors norme : plus de 1950 titres ont pu être recensés ! Peu de savants ont eu une telle production : il rejoint ainsi un autre égyptologue, Gaston Maspero, pour lequel il avait une grande admiration.
Nous présentons ici le travail d’un grand savant pour lequel, comme le disaient les anciens Égyptiens, nous pouvons assurer que « rien de tel n’a été réalisé auparavant »

TÉLÉCHARGEZ OU LIRE LE DOCUMENT,
JOINT CI-DESSOUS ▼

Soutenir par un don