La pensée chinoise contemporaine : entre modernité et invention d’une tradition, par Anne Cheng

LA PENSÉE CHINOISE CONTEMPORAINE : ENTRE MODERNITÉ ET INVENTION D’UNE TRADITION, PAR ANNE CHENG

Philosophie et psychologie, Chine et territoires adjacents
Disciplines : Philosophie orientale

Dans quels termes et dans quelles circonstances s’est fait entendre la revendication de modernité au sein de la nouvelle intelligentsia chinoise au début du XXe siècle ? A partir des toutes premières années du siècle s’est imposée en Chine l’idée que la modernité devait obligatoirement passer par l’invention d’une tradition intellectuelle autochtone, prioritairement en termes de "philosophie", laquelle a pris la forme d’une série d’"histoires de la philosophie chinoise" dont la plus connue du public occidental reste sans doute celle de Feng Youlan (1895-1990). Cependant, plutôt que de fournir un descriptif des différents courants intellectuels du XXe siècle chinois, il s’agira pour nous de reconstituer une généalogie de cette revendication de modernité qui semble devoir remonter pour le moins à la deuxième moitié du XIXe siècle, au moment où se fait sentir l’influence des thèses évolutionnistes sur certains lettrés qui, autour de la figure-phare de Kang Youwei (1858-1927), lancent en 1898 la toute première tentative de réforme des institutions impériales sur le modèle de la monarchie constitutionnelle de l’ère Meiji au Japon.

L’échec de cette tentative, restée unique dans l’histoire impériale qui prend fin quelques années plus tard, en 1911, met un terme définitif au projet utopique d’un Kang Youwei de mobiliser les ressources canoniques traditionnelles dans le but de réformer les institutions ainsi qu’à la préconisation fictive, entretenue pour répondre au défi de l’Occident, de faire usage de la suprématie matérielle de ce dernier tout en préservant l’essence culturelle de la Chine.

Au moment même où la prétention chinoise à l’universalité se trouve contrainte de se réfugier dans le culturalisme et la dynamique réformiste de se décentrer sur le Japon, s’opère la mutation du lettré traditionnel en intellectuel moderne qui trouve son apogée dans le mouvement du 4 mai 1919, sorte de plaque tournante effectuant une polarisation entre les tenants radicaux d’une modernité du "tout occidental" et les conservateurs ralliés à la bannière d’un "nouveau confucianisme" - polarisation accentuée dans la génération suivante par le clivage entre les adeptes de la nouvelle idéologie marxiste et leurs opposants, et encore sensible dans ses effets aujourd’hui.

Après visualisation de la 1ère leçon voir au bas la suite des leçons sur la chine

Voir en ligne : VIDEO LA PENSÉE CHINOISE CONTEMPORAINE : ENTRE MODERNITÉ ET INVENTION D’UNE TRADITION, PAR ANNE CHENG

Soutenir par un don