L’épistémè chez Michel Foucault 1/29

L’ÉPISTÉMÉ FOUCALDIENNE À L’ÉPREUVE DE L’HISTOIRE DES SCIENCES, PAR VIOLAINE GIACOMOTTO-CHARRA

L’épistémé foucaldienne à l’épreuve de l’histoire des sciences / In colloque "Foucault et la Renaissance", organisé par le laboratoire "Patrimoine, Littérature, Histoire" (PLH) de l’Université Toulouse II-Le Mirail en collaboration avec le Centre d’Etudes en Rhétorique, Philosophie et Histoire des Idées (CERPHI) de l’Institut d’his­toire de la pensée clas­si­que (ENS Lyon). Toulouse : Université Toulouse II-Le Mirail, 13-16 mars 2012.

Thème 1 : Autour de l’épistémè (1), 13 mars 2013.

Si la notion d’épistémè, telle que la définit Michel Foucault dans la préface des Mots et des choses, a contribué à renouveler l’approche méthodologique de l’histoire des sciences et des savoirs, le choix des sources scientifiques sur lequel il s’appuie pour définir l’épistémè renaissante dans « La prose du monde » est discutable tant du point de vue de la sélection opérée, non significative, que de l’interprétation qu’en tire le philosophe. Cette communication se propose de relire les exemples utilisés par Michel Foucault dans le chapitre consacré à la Renaissance, pour tenter d’en réévaluer la portée épistémique à la lumière des connaissances sur la philosophie naturelle et sur les différentes disciplines du XVIe siècle qu’il convoque.

Voir à la suite de la leçon 1, les 28 autres Leçons si dessous

Voir en ligne : L’ÉPISTÉMÉ FOUCALDIENNE À L’ÉPREUVE DE L’HISTOIRE DES SCIENCES

Soutenir par un don