CRITIQUE DE LA RAISON ORALE OU COMMENT DIRE LE LOGOS PAR MAMOUSSE DIAGNE, PHILOSOPHE

CRITIQUE DE LA RAISON ORALE OU COMMENT DIRE LE LOGOS
PAR MAMOUSSE DIAGNE, PHILOSOPHE


Dans l’annexe de ma Thèse d’État soutenue en 2003, je tente d’examiner à nouveaux frais une question qui a polarisé les débats des philosophes africains dans les années 1960-1970, et qui, au-delà de ses variations successives, pourrait s’énoncer ainsi : « Dans l’Afrique noire traditionnelle a-t-il existé ou non une philosophie dont il serait possible d’attester les traces dans l’héritage qui nous est transmis ? » Lorsque j’en vins à publier la Thèse principale sous le titre Critique de la raison orale : les pratiques discursives en Afrique noire, en accord avec l’éditeur, j’ai accepté d’en détacher cette partie, en l’intitulant De la philosophie et des philosophes en Afrique noire.
C’est dire que le thème de cette Table ronde rencontre parfaitement les préoccupations qui ont été les miennes au cours de la vingtaine d’années que j’ai consacrée à cette recherche. Il convient cependant de dire tout de suite que la question de la philosophie n’était pas mon objet à proprement parler, mais le mode d’articulation des énoncés et les caractéristiques de leur transmission et de leur archivage dans les cultures traditionnelles africaines qualifiées comme des cultures orales. D’où le changement du titre au moment de la publication, auquel on a voulu donner une allure volontairement kantienne, pour lui faire dire : « A quelles conditions et selon quelles modalités une civilisation qui ne dispose pas d’un support indépendant du locuteur comme l’écriture confectionne, transmet et archive son patrimoine ? » […] La suite consulter la pièce jointe

Soutenir par un don