AIMÉ CÉSAIRE : « LE RACISME COMMENCE AVEC LA COLONISATION CAR IL A FALLU LÉGITIMER CETTE ENTREPRISE

AIMÉ CÉSAIRE : « LE RACISME COMMENCE AVEC LA COLONISATION CAR IL A FALLU LÉGITIMER CETTE ENTREPRISE »
ENTRETIEN EXCEPTIONNEL ENTRE AIMÉ CÉSAIRE ET JOSÉ PIVIN (1966)


EXTRAITS DE TROIS PIÈCES : extraits de trois de ces pièces : « Et les chiens se taisaient », « Une saison au Congo » et « La tragédie du roi Christophe » (par les comédiens Douta Seck, Alain Cuny, Med Hondo, Yvan Labéjof, Silvia Monfort, Jacqueline Scott, Jean Topart, Jean Negroni, Gérard Dournel, Henri Gilabert, André Fouche, Jean Marconi).

En 1966, Aimé Césaire s’exprimait longuement sur la condition de l’homme noir au micro de José Pivin. L’émission proposait ensuite des extraits de trois pièces du poète : "Et les chiens se taisaient", "Une saison au Congo" et "La tragédie du roi Christophe".

Dans cette émission enregistrée en 1966 par José Pivin, "Aimé Césaire et l’Afrique", l’homme politique, poète et dramaturge explique comment il conçoit les différences entre les noirs et les blancs : celles-ci ne sont pas biologiques mais résultent de la culture. Celui qui fait partie des fondateurs du mouvement de la négritude analyse, enfin, son passage de la poésie au théâtre :




Si j’écris des poèmes c’est
précisément pour essayer de prendre
possession de ce moi intime, de ce
moi profond à côté duquel je ne peux
passer. Mais enfin il y a des
obsessions, il y a des désirs,
des souvenirs... et si je l’exprime
poétiquement c’est parce que je le
sens profondément, mais confusément.

Le problème noir n’est irréductible à aucun autre, analyse-t-il, plus loin :

Il y a une mémoire d’au-delà de la
mémoire : c’est ce qui remonte à la
surface grâce à ces grands coups de
sonde que constituent l’acte
poétique. Je m’aperçois d’une chose,
certains motifs comme le naufrage,
la barque, le voyage marin
reviennent. Je m’en suis rendu
compte il y a peu : il y a vraiment
pour moi ce choc, ce traumatisme
provoqué par la traite des noirs, je
ressens ce sentiment de
déracinement, de séparation d’avec
quelque chose, et la traite des
noirs est un événement extrêmement
important, et je dirais, pour moi,
presque vécu...

L’humiliation et l’esclavage, aucun groupe ne l’a connu avec ces déterminations. Le nègre est la seule race qui a été ramenée au niveau de l’animalité, explique-t-il. Le racisme commence avec la colonisation car il a fallu légitimer celle-ci. Il explique pourquoi il utilise la forme théâtrale.

Production : José Pivin
Réalisation : Yann Parenthoën
1ère diffusion : 13/02/1966
Indexation web : Sandrine England, Documentation de Radio France
Archive INA-Radio France

Soutenir par un don